MINITEL, Abîmes

Comme l’été approche et que bientôt vous serez tous en quête d’un peu d’ombre pour vous cacher de la chaleur, je vous propose de mettre la tête dans le congélo (ou sous l’eau) avec un album à vous glacer les sangs : « Abîmes »
Comme la bande originale d’un film noir, on est entraîné dans des paysages glacés. Contrairement à d’autres projets du genre, il n’y a pas de trame comme une rythmique martiale ou une élaboration mélodique à partir d’éléments bruitistes. Minitel nous emmène dans un univers oppressant le temps de l’album, fait d’ambiances monotones mais néanmoins travaillées. On visite un cauchemar qui n’est pas le nôtre, et c’est plutôt intéressant.
Minitel, un nom qui évoque a priori plus un monde de synthés kitsch que le dark ambient qu’il distille, est un projet mené par Raph qui a bien voulu éclairer notre lanterne dans ces Abîmes enténébrées.

Quelle est la genèse de Minitel, comment as-tu créé cet album?
A l’origine Minitel n’était pas un projet autonome. Avec Annthennath, mon groupe de black metal, on s’était lancés en 2004/5 dans un délire jusqu’au boutiste dans lequel on voulait mélanger le dark ambiant et l’indus à un black metal cru violent et très linéaire. Sur le papier, c’était génial, mais c’était bien trop dur à mener pour nous, et au bout de deux ans on a fini par revenir à la base du son du groupe. Mais, j’avais quand même écrit et enregistré des heures (vraiment) de musique pour ce disque (qui aurait du s’appeler « HarMegiddo »), et j’aimais vraiment beaucoup certains morceaux. J’ai gardé ceux que je préférais, les ai peaufinés, ou tout simplement finis, en ai fait un album.

Composé en 2006? Que s’est-il passé ces 10 ans: pas de preneur, d’autres envies?
J’ai essayé de le sortir, mais ça n’a pas marché. Si peu de temps avant il y avait bien eu une petite « mode » dark ambient, c’était clairement retombé, et je n’avais aucune connexion pour espérer le faire sortir, donc je l’ai rangé dans un coin.
Régulièrement je l’exhumais, en lui donnant un nouveau nom super occulte et cryptique, et j’allais essayer de le fourguer à des petits labels, mais personne n’en voulait. Au bout d’un moment je me suis dit « fait chier, j’en ai marre, je le mets en entier sur le net, au moins une ou deux personnes pourront l’écouter ». J’ai donné un nom débile, fait une pochette en 2mn montre en main, temps de la photo compris, l’ai mis sur bandcamp, et là Marc de Facthedral’s Hall m’a contacté aussi pour le sortir ahaha.

On sent un mélange d’univers très différents, tant dans la musique que dans les partis pris esthétiques: c’est un joyeux bordel d’influences cathartique ou c’est prémédité? Abîmes à un côté très « bande originale « : y a-t-il des inspirations filmographiques dans tes morceaux?

D’un point de vue technique c’est entièrement fait sur ordinateur, mais dans un esprit bidouille plus que vraiment all-in-the-box/VST prêt à faire feu. Y’a des synthés numériques pour des nappes certes, mais pas tant que ça au final, y’a surtout beaucoup de guitares, méconnaissables, passées dans des dizaines de traitements pas possibles, et pas mal de sons enregistrés maison (même le ventilateur de mon pc). Y’a aussi des samples de films, mais qui ont été tellement torturés qu’ils sont défigurés, notamment un morceau entier qui est basé sur un dialogue du Septième Sceau, mais bon courage pour trouver lequel. Ça représente des heures et des heures à bidouiller des sons au casque la nuit tout seul.

Tu as des influences avouées?
En fait on m’a fait découvrir énormément de groupes/projets depuis que l’album est fini, et je ne connaissais pas grand-chose quand je l’ai fait. Je suis vraiment rentré en dark ambient et en indus (mais en en darkfolk aussi) par la toute petite porte à un moment au tout début des années 2000 où il y avait énormément d’interpénétrations (en tout bien tout honneur) avec le milieu black metal, et jusqu’à il y a peu, je n’avais fait qu’effleurer la discographie de pas mal de grands groupes, je suis encore très novice, et avide de découvertes. Donc il y a dix ans on ne pouvait pas vraiment parler d’influences, c’est surtout le son en lui même qui guidait le travail, une immersion totale, limite psychédélique, et l’envie de créer des univers sonores très linéaires et mornes. Un esprit « soundscapes » jusqu’au boutiste.

Runes, Ouroboros, vitriol, quel est le rapport de ce projet à l’occulte: un clin d’œil purement symbolique ?
Pour ce qui est de l’esthétique si on peut appeler ça comme ça, c’est très impulsif sans l’être. Disons que pour les photos, tout a été très vite mis en œuvre. Mais le goût qui m’a amené à ces mises en scènes a été forgé par des dizaines d’années de lectures, d’écoutes, de découvertes de nouveaux styles, et est au final très personnel, peut être même plus que jamais. Une « esthétique » quelque part entre Koudelka et Douglas Pearce, dans laquelle même le nom Minitel finit par s’intégrer, et avoir une justification pour l’enfant des eighties que je suis.
Après, c’est tout à fait cryptique et secret, pas vraiment possible à décoder, un peu à l’image de la musique du disque, qui est livrée sans la notice. Inutile de chercher par exemple un sens aux runes et à cette combinaison en particulier, pas d’après le sens historique, ou magique, c’est vraiment un sens très personnel, spirituel, mais pas mystique.

Voilà de quoi vous rafraîchir les esgourdes en digital en attendant que le facteur passe, sa besace pleine d’Abîmes, enjoy !

Rendez-vous sur 3615 GLAUQUE pour acquérir la galette glacée:
http://www.facthedral.com/product/f-h-productions/minitel-abimes/
As summer approaches and that you will soon all be looking for some shade to hide from the heat, I suggest you to put your head in the freezer (or underwater) with an album that’s curdling bloods « Abîmes »
As if it was the soundtrack of a film noir, one is drawn into icy landscapes. Unlike such other projects, there is no frame like martial rhythmics or melodic development from noisy elements. Minitel takes us into an oppressive  world for the time of the album with its monotonous  but still very elaborated environments . We are visiting a nightmare that is not ours, and it is rather interesting.
Minitel, a name that evokes spontaneously rather a world of kitsch synth than the dark ambient that it distils for sure , is a project led by Raph who kindly enlightens us in these dark and unquiet abysses.

What is the genesis of Minitel, how did you create this album?
Originally Minitel was not a standalone project. Annthennath,my black metal band, launched it in 2004/5 in a frenzy diehard where we wanted to mix the ambient and the indus with a violent black metal, in a raw and very linear way. It sounded good, but it was too hard to carry for us, and after two years we ended up back at the base of the group. But still did I wrote and recorded hours (really!) of music for this record (which should have been called « HarMegiddo »), and I really liked some songs. I kept the ones I prefered, had them refined, or just finished, and did one album with them.

Composed in 2006? What has happened these 10 years: no takers, other desires?
I tried it out, but it did not work out. So little time before, there has been a small « fashion » of dark ambient style, but it faded away and I had no connection allowing me the hope to get it out, so I put the project away . I regularly exhumed it, giving it a new  super secret and cryptic name, and I was trying to peddle to small labels, but no one wanted it. After a moment I thought « shit, I’m sick, I put it in over the Internet, at least one or two people will listen. » I gave a stupid name, made a sleeve in 2 minutes, time of the photo included, just put it on Bandcamp, and then Marc from Facthedral ‘s Hall contacted me to get it out ahaha.

We feel a mixture of very different worlds, both in music and in the aesthetic decisions: it is a happy mess of cathartic influences or is it premeditated? Depths to one side very « soundtrack »: are there any film inspirations in your songs?
From a technical point of view this is entirely on computer, but so to say more than a hack  « all-in-the-box « ready to fire. There are digital synth layers for sure, but not that much in the end, there are especially a lot of guitars, unrecognizable, spent in dozens of no treatment options, and a lot of home recorded sounds (even the fan of my PC). There are also samples of movies, but which were so tortured that they are disfigured, including a whole piece based on a dialogue of the Seventh Seal, but good luck finding that. It represents hours and hours tweaking sounds through headphones the night alone.

Do you avow influences?
In fact I have discovered a lot of groups / projects since the album was finished, and I did not know much about them when was doing it. I discovered dark ambient (also darkfolk) by the small door at a time in the early 2000s when there was a lot of interpenetration (in all honor) with the black metal world . I am still very eager for discoveries. I cannot really talk about influences, it is mostly the sound itself that guided the work, total immersion, psychedelic limit, and the desire to create very linear sound worlds and dreary « Soundscapes ».

Runes, Ouroboros, vitriol, what is the relationship of this project to the occult?
In terms of aesthetics if you can call it that, it is very impulsive without being. Let’s say for the pictures, that everything was quickly implemented. But the taste that led me to these stagings was forged by decades of readings, plays, discovery of new styles and is very personal in the end, perhaps even more than ever. An « aesthetic » somewhere between Koudelka and Douglas Pearce, in which the name Minitel eventually integrates itself and has a justification for the child of the eighties I am.
After that, it is quite cryptic and secret, not really possible to decode a bit, not unlike the music itself, which comes without the manual. Needless to seek such meaning to this combination of runes and especially not from the historical sense, or magical : it really has a very personal meaning, spiritual but not mystical.

Enjoy the icy abyss !

-Milesendre-

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s